USMM - Athlétisme
USMM  - Athlétisme USMM  - Athlétisme
USM Malakoff  - Athlétisme

CHRONIQUE D’UN DIMANCHE MATIN A GARCHES

Ou LES BIENFAITS DU STAGE DE MIRLEFT
(à lire bien sûr parfois au second degré)



Le casting :
Simon English (Edgard Simon)
Homme au crâne bien plein mais un peu dégarni reconnaissable entre tous par la taille de ses mollets d’ancien cycliste de compétition dans les rangs de Lesneven. Il n’a pas hésité à parier sur l’équipe d’Angleterre après que celle-ci ait éliminé l’équipe de France lors du mondial de Rugby.

Simon Sudaf (Marc Simon)
Hé non il n’est pas le frère du précédent mais il est aussi breton et amateur de vélo. A signé sa première licence à Malakoff en 1990 et a aussi acquis le surnom de Papy Simon, auprès de ses coéquipiers pouvant se le permettre, depuis son passage dans la catégorie vétéran. Egalement amateur de rugby, il a rallié les rangs des supporters sud-africains après l’élimination des bleus.

Pacman (Fabrice Delabarre)
Au club depuis 2002. Normand au solide gabarit, il a été surnommé ainsi pour sa combativité hors norme. Il ne lâche jamais rien lorsqu’il s’agit d’avaler son plus proche adversaire. Il se régale plus particulièrement à l’occasion des cross.

Sergio (Serge Agasseau)
Au club depuis 1998. Athlète passionné dont les programmes d’entraînement et de compétition ne doivent pas être mis entre les mains des néophytes sous peine de les griller. Il est la plaque tournante du groupe des fondeurs masculins depuis quelques années.

Bri-bri (Brigitte Forestier)
Coureuse consciencieuse, chasseuse de records dans la catégorie vétéran, notamment sur sa distance de prédilection, le 10 km.

Marie Caro (Marie-Caroline Savelieff)
Une des leaders du groupe des fondeuses aux performances plus que respectables. Reconnaissable entre toutes, elle en a écœuré plus d’une (et plus d’un) grâce notamment à ses qualités de descendeuse hors pair.

Garches, dimanche 25 novembre 2OO7. 8 KM.
Simon English est l’homme en forme du moment. Je le surveille d’un œil méfiant sachant qu’il a montré de réels progrès lors du stage de Mirleft et qu’il n’aura aucune mauvaise conscience à piétiner les individus malencontreusement placés sur sa route lors du départ. Quant à Pacman, je ne l’aperçois pas sur la ligne de départ malgré son gabarit. Me faufilant dans la foule des coureurs, je ne l’aperçois pas pendant les premières centaines de mètres de la course. Je rattrape Bri-Bri dans le bourg de Garches et goûte au passage ses encouragements. Peu de temps après un combat homérique à trois va s’engager. Pacman et Simon English ont été rejoints mais tout reste à faire.
Pendant ce temps Sergio évolue à un autre niveau et jamais nous ne serons en mesure de l’inquiéter. Pacman s’accroche dans la longue montée. Son mental est à nouveau à la hauteur de son physique, qui fait de lui une star dans la catégorie des lourds légers de la course à pied. Quant à
Simon English, il est encore au contact mais je ne doute pas qu’il va décrocher dans peu de temps. Certes il a fait des progrès, mais ses références restent encore en deçà des nôtres. Il s’avère en fait que l’homme est encore plus en forme que prévu. Doté d’un sens tactique, développé au sein des pelotons cyclistes dans son adolescence, il place une banderille au sommet de la côte. Il espère qu’elle aura un impact tant psychologique que physique sur ses coéquipiers. L’effet de surprise est indéniable. Quasi stupéfait, je réagis et cette réaction a pour effet de larguer Pacman pour lequel l’équation W=mgh est lourde de sens. Mais ce sursaut n’a qu’un effet limité et Pacman nous rejoint 200 ou 300 m ou plus loin. Il prend d’ailleurs un relais sans attendre ce qui a le mérite de nous abriter du vent un moment.
Le reste sera une course effrénée avec en point de mire dans la dernière grande ligne droite, notre star de la descente Marie-Caro, encore une fois fer de lance de l’équipe féminine ce dimanche. Amazing Simon English reste au contact jusqu’au bout, malgré l’ultime attaque de Pacman dont la devise est "impossible n’est pas haut-normand". Celui-ci veut nous rectifier dans la dernière descente. Il dispose en effet de bonnes qualités de descendeur et rejoint en cela Marie-Caro mais pour des raisons largement différentes : foulée lourde et puissante d’un côté, vive et légère de l’autre. Il n’a cependant pas raison de la résistance des Simon. Je finis par le lâcher au bas de la longue ligne droite en montée avant l’arrivée sur le stade. Je sais néanmoins que cela ne suffira pas à me faire sortir de ma condition de has been à ses yeux. Il finit non loin de moi avec Simon English sur ses talons. Ce dernier est l’incontestable révélation malakoffiote de l’épreuve et espoir USMM pour 2008 (la barre des 40’, des 39’ ? Seul Gégé MARTIN peut l’estimer avec une précision chirurgicale). Pendant ce temps Marie-Caroline est déjà arrivée et elle apporte la première pierre à la seconde place de l’équipe féminine.
Lors de la remise des récompenses qui suit, nous sommes entrain de prendre nos clics et nos clacs étant loin d’envisager que nous aussi aurions droit aux honneurs du podium. D’où quelques rires d’autodérision, au moment où nous rappliquons dans le gymnase que nous avions juste quitté au moment d’être appelé au micro : une troisième place par équipes au classement masculin, c’est quand même pas tous les jours !

On peut raisonnablement faire le pari que l’année 2008 sera à l’image de cette course de Garches, une des dernières de l’année 2007 : en 2008, l’USMM Athlétisme vaincra !

Rédigé par Simon Sudaf le Lundi 14 Janvier 2008





À L'AFFICHE

44es Foulées de Malakoff

44es Foulées de Malakoff
Reglement
Renseignements prochainement sur :
www.topchrono.biz












LES NEWS

Foulée Vénissiane 2017

20/11/2017 - Jimmy Aubin

Téléthon - Châtillon 2017

19/11/2017 - Pascal Langlet

44es Foulées de Malakoff 2018

17/11/2017 - Gérald Lombion

EKIDEN : Les records du club

07/11/2017 - Frédéric Guillot

Ekiden de Paris

06/11/2017 - Frédéric Guillot

PLAN NOVEMBRE 2017

03/11/2017 - Gérald Lombion